Le Spectacle

LE TEXTE : du dialecte toscan au français régional

 Le projet de monter La Mandragore en 2003, nous a conduit vers des traductions et adaptations qui, en collant trop près à l’idée d’un Machiavel en Molière italien, ne nous satisfaisaient pas. Nous nous sommes, donc, orientés vers le texte original. Dans l’opération de traduction/adaption fait en collaboration avec Rosa Maria Frezza (comédienne italienne), nous nous sommes aperçus que la meilleure façon de rendre compte de la couleur locale et du style percutant de l’œuvre, était d’y introduire un langage idiomatique comparable. Nous avons, en remplaçant le substrat toscan par un français marqué de « provençalisme », actualisé et identifié le texte à notre culture régionale d’aujourd’hui. Nos soucis ont été également de rester fidèle aux sens de l’auteur, mais aussi de respecter la langue française. De cette manière, nous souhaitons :

 Intéresser aussi bien le spectateur attiré par la littérature que celui se reconnaissant dans une langue usuelle, aimant un genre comique, parodique et décapant. 

 Scénographie /Costume et structure scénique.

Le spectacle pourra s’installer partout ou on souhaite le voir : place de village, jardin public, salle polyvalente, salle de théâtre .

 Notre spectacle respecte une forme de théâtre populaire avec chansons, adresses au public, travestissements, etc. Conçue pour se poser sur une scène de théâtre, notre structure est capable aussi de se poser « en tréteaux ». Ainsi, le spectacle peut s’installer partout où on souhaite le voir : places de village, jardin public, salle polyvalente. L’esthétique du spectacle est une recherche originale sur les plans des formes et matériaux utilisés (sol de bois traité et peint, plans inclinés, structure métallique « en déséquilibre », etc.). Le choix des costumes fin XIXème, volontairement anachronique, permettent de créer la distance historique tout en peignant une société qui nous est proche .

Mise en scène

La cohabitation parfaite de ceux qui « veulent à tous prix » et ceux qui en profitent …

Le jeu des acteurs met l’accent sur le dérèglement et l’aveuglement des personnages. L’attitude débridée de Callimaco et Nicia cherchera à les rendre comiques, l’extrême sobriété de Ligurio et Timotéo mettra en évidence leur cynisme. La pièce montre l’existence des énergies actives et des énergies passives de tous rapports humains, leur affrontement mais aussi leur cohabitation parfaite ; la mise en scène de ceux qui « veulent à tout prix » et ceux qui en profitent, ou bien encore, ceux qui agissent et ceux qui manœuvrent.

Lien Permanent pour cet article : http://artscenicum.fr/la-mandragore-de-machiavel/le-spectacle/