Présentation du spectacle

Pour concevoir ce spectacle, il m’est apparu que l’existence de Germain Nouveau constituait un matériau riche. Sa rencontre avec Rimbaud puis avec Verlaine, ses élans mystiques, sa vie de débauche, ses voyages incessants, sa fin tragique, pouvaient en effet constituer les nœuds d’un récit, d’une narration.

De plus, avec à notre disposition la quasi-totalité de ses correspondances (savamment compilées par P.O Walzer dans la collection La Pléiade) qui rendaient bien compte de ses vicissitudes, l’idée s’est rapidement imposée de mettre le cours de sa vie réelle en regard de sa vie rêvée que sont ses poèmes.

Ce choix nous semblait d’autant plus cohérent que Nouveau parle de lui sans cesse dans ses écrits. Ses envolées lyriques ou mystiques, sa quête d’Amour, son attachement aux petites choses du quotidien reflètent ses états d’âme ; lorsque il s’adresse aux femmes, à la Vierge, aux Saints, il nous livre ses questionnements, ses blessures, son idéal.

Les compositions musicales jouées sur scène sont au coeur de cette création : en prolongement des textes, dans les silences, en chanson. La musique comme avatar de la poésie nouvellienne vient éclairer les climats, les émotions. Dans une position de double permanent au comédien, le musicien traduit à sa manière la chair et le cœur de Nouveau.

Scéniquement, cette gémellité prend appui sur une structure mobile en forme de clocher d’église (symbolisant l’attachement à sa terre autant que sa recherche d’absolu) et sur laquelle comédien et musicien font corps sans jamais se rencontrer.

Lien Permanent pour cet article : http://artscenicum.fr/nos-creations/le-mendiant-magnifique/presentation-du-spectacle/