Le Prix d’un Goncourt

Création 2022 de Philippe Chuyen d’après Jean Carrière

On devrait toujours écrire un pistolet sur la tempe, au moindre faux pas le coup partirait. Ingéniosité, calcul, ruse tout cela nous perdrait quand l’ingénuité nous ferait marcher droit…

Le 21 novembre 1972, Jean Carrière, écrivain Nîmois, obtient le prix Goncourt pour l’Épervier de Maheux. Vendu à 2 millions d’exemplaires et traduit dans 14 langues le roman est un Goncourt retentissant. Cette subite et écrasante célébrité est un choc inouï dans la vie de l’auteur, qui le plonge dans une descente aux enfers de près de 15 ans. Vers la fin des années 80, presque guéri, Carrière entreprend de raconter cette étrange aventure dans Le prix d’un Goncourt.

Entre péripéties liées au Prix, remémoration de son enfance qui fut son principal moteur créatif, rebondissements et catastrophes, le spectacle est un parcours haletant raconté notamment sur le propre vélo de Jean Carrière. Récit à la connotation tragicomique, il est une plongée dans les méandres de la vie d’un écrivain malade de son art, une course contre la montre sur la nécessité d’écrire, car c’est la seule issue pour continuer de vivre.

Adaptation et mise en scène : Philippe Chuyen
Avec : Philippe Chuyen, Thierry Paul et Raphaël Lemonnier au piano
Musique et arrangement : Raphaël Lemonnier
Direction d’acteur : François Cottrelle
Lumière : Jean-Louis Alessandra et Olivier Chamoux
Costume : Corinne Ruiz
Décor : Christophe Brot
Diffusion : Carine Steullet

Coproductions : Scènes et Cinés – Scène conventionnée Art en territoire — Théâtre La Colonne à Miramas, Le Pas de L’oiseau – Le Quai des Arts à Veynes Châteauvallon-Liberté scène nationale Toulon Provence Méditerranée, Le Point de Fuite
Partenaires et résidences : Théâtre de Nîmes Le Cratère scène nationale d’Alès, Théâtre des Carmes — Avignon, La Croisée des Arts à Saint‑Maximin‑la‑Sainte‑Baume, Conseil Départemental du Var, Région Sud, DRAC PACA, Spédidam, Adami

Philippe Chuyen

Comédien, Auteur, Metteur en scène

Il se passionne pour l’Art Dramatique depuis sa rencontre en 1989 avec Laure Fouilloux. Cette dame fut élève de Louis Jouvet et animait depuis 1965 l’atelier de la Licorne à Toulon. Il complète sa formation avec Jack Garfein à Paris autour des techniques de l’Actor’s Studio. La danse contemporaine, la voix au théâtre sont, dans le même temps, des disciplines qu’il pratique, notamment avec le Roy Hart Théâtre ou encore le danseur Dominique Dupuy et la danseuse Christiane Vergne. En 1995, Il obtient à Avignon le prix du coup de pouce au Off, pour son interprétation de  Comme la Pierre, un texte contemporain de Romain Weingarten qu’il joue à Paris et en province. En 1998, Il fonde dans le Var la Cie Artscénicum et à partir de 2001 crée ses propres spectacles. Les 8 créations qu’il écrit, adapte ou met en scène ont quasiment les mêmes dénominateurs communs : Histoire et Littérature du Sud. Recherche d’identité, de racines, exploration des sources profondes pour trouver de la matière au théâtre, sa terre est une porte d’entrée pour la scène.

Thierry Paul

Comédien

Il débute au theatre à la fin des années 80 à Toulon avec Laurent Ziveri (Cie UppercuThéâtre) puis avec Raphaël Djaïn en 1992 dans la Cie Théâtre Automne de Nîmes dans Esquisse déraisonnable d’après Peter Handke et La Maison des Artistes. Il travaille ensuite avec Yves. Borrini (Cie Le bruit des hommes) essentiellement sur les écritures contemporaines. En 1996, Il rencontre Philippe Minyana avec qui il travaillera à Bordeaux (Drames brefs 2) puis Noëlle Renaude et Frédéric Maragnani (Cie Travaux publics) pour l’intégrale de Ma Solange. À Toulouse, il travaille avec Jean-Jacques (Petit bois Cie). De retour à Toulon, il collabore sur plusieurs spectacles d’Artscénicum avec Philippe Chuyen (1851, La Banquet des Insurgés, La Mandragore, 1907 Batailles dans le Midi) puis André Neyton et le Centre Dramatique Occitan et de nouveau Laurent Ziveri. Pour le cinéma et la télévision tourne sous la direction de Philippe de Brocca, Laurent Jaoui, Pierre Boutron Philippe Venault, Éric Rochant, Christophe Barraud et Pierre Lary.

Raphaël Lemonnier

Musicien

Musicien et pianiste jazz, est l’un des rares français à avoir été l’élève de Jaky Byard – pianiste de Charlie Mingus – et à avoir signé un album sous le prestigieux label Blue Note. La réalisation de ses projets et albums chez Blue Note et Universal Jazz avec sa complice China Moses – fille de Dee Dee Bridgewater – lui permet de se forger une réputation dans le milieu du jazz. C’est ainsi qu’il enchaîne les concerts dans des tournées mondiales. Il aime à mélanger les univers et les genres, la musique, le théâtre, l’écriture. Sa rencontre et son travail avec l’écrivain Jean Carrière participe aussi de cette ouverture.